Des « tests encourageants » pour le catamaran électro-solaire d’Aerofleet

Le catamaran construit par l'entreprise givetoise devrait être mis à l'eau définitivement au printemps. En attendant, des premiers tests ont eu lieu et le bilan est positif.

Tour du monde en catamaran de croisière électro-solaire réalisé en matériaux composites haute performanceLes tests sont très concluants, très encourageants. » Les résultats de la première mise à l'eau du catamaran électro-solaire sont bons, et le patron d'Aerofleet, Raphaël Van Vlodorp est largement satisfait. Des tests qui ont été réalisés après la vérification du matériel – l'électronique, la batterie, le moteur... –, par l'ensemble des spécialistes qui l'ont fourni. « C'était une étape importante, avec de nombreuses choses à prendre en compte, comme la ligne de flottaison qui finalement s'est avérée impeccable », se réjouit-il. Les moteurs aussi ont été essayés et ont bien répondu, tout comme les batteries. « Ce qui a été extraordinaire, c'est le moment où on n'utilisait plus les batteries, seulement l'énergie des panneaux solaires », sourit M. Van Vlodorp, heureux de voir ces « années de travail » se conclure de manière positive, avant de détailler : « Alors que le temps n'était pas des plus ensoleillé, le bateau se déplaçait à trois nœuds, sachant qu'il fait huit tonnes. » Huit tonnes qui avançaient sur la Meuse sans bruit et sans énergie fossile. « Ce qu'on laissait, c'est simplement le sillage de notre passage. »

Mise à l'eau en avril 

La prochaine grande échéance pour le catamaran électro-solaire, ce sera la mise à l'eau définitive, programmée au printemps. « On aurait pu le faire dès à présent, parce que le bateau est prêt. Mais partir à l'entrée de l'hiver ça n'avait pas de sens. » Alors Raphaël Deslarzes, le client suisse pour lequel il a été construit, passera les derniers mois à peaufiner l'intérieur. « Il range ses casseroles, prépare son couchage, va bricoler dedans. » Avant de prendre le large direction l'Angleterre pour s'assurer de la bonne tenue du bateau puis d'entamer un tour du monde.

« On est prêt, les clients peuvent venir »

« On a des contacts, mais pas encore de commande ferme. » Logique, estime le patron d'Aerofleet, puisque le bateau « n'est pas encore sorti. Il faut attendre de le voir parce qu'il ne faut pas rêver, on est dans des sommes importantes ». Mais Raphaël Van Vlodorp l'assure : « On est prêt, on a tout. Les clients peuvent venir. » Et la force de son catamaran électro-solaire, d'après lui, c'est qu'il est « dans un créneau qui devrait être porteur. Il nous positionne sur le marché dans les technologies nouvelles et le respect de l'environnement. Mais comme dans tout, il faut lui donner du temps ». Pour autant il en est convaincu : c'est une innovation importante. « J'essaye toujours de me distinguer pour survivre, d'anticiper le marché. C'est le seul moyen pour que ça fonctionne ici. » Et pour le professionnel, ça ne fait aucun doute : le catamaran électro-solaire a de l'avenir. « Je suis sûr que ça va se développer. Et nous, nous aurons apporté notre petite pierre à cet édifice. »

Lien vers l'article de presse